Bérangère Vantusso et Mohammed El Khatib

ENSEMBLE ARTISTIQUE

 

Parce que la création constitue le cœur de son activité, parce qu’un théâtre est un outil de travail qui vit d’être partagé, parce que l’échange et le croisement des esthétiques sont le creuset des formes nouvelles, le T° réunit un ensemble artistique porté par Jacques Vincey, directeur et metteur en scène, et Vanasay Khamphommala, dramaturge.

Au cœur de cet ensemble : le Jeune Théâtre en Région Centre-Val de Loire, composé de sept jeunes comédiens et techniciens, rejoints cette saison par une attachée de production et de diffusion. Ce dispositif d’insertion professionnelle unique en France confirme la priorité donnée par le T° à ses missions de création, son implication dans la réflexion sur le renouvellement des modes de production, ainsi que son engagement en direction de la transmission, de la jeunesse et du théâtre émergent.

Deux artistes associés viennent compléter cet ensemble artistique. Pour une nouvelle saison, Bérangère Vantusso et Mohamed El Khatib, dans leur cheminement singulier, contribueront ainsi à nourrir une réflexion commune faite d’affinités comme de divergences. Spectacles, stages, rencontres : autant d’occasions de cerner au plus près leur geste artistique et de découvrir leur travail d’une manière privilégiée.

BÉRANGÈRE VANTUSSO

 

Comédienne formée au Centre dramatique national de Nancy, Bérangère Vantusso aborde pour la première fois la marionnette en 1998, alors qu’elle étudie à la Sorbonne Nouvelle. Reconnaissant d’emblée dans cet art le point crucial de son questionnement quant à l’incarnation et à la prise de parole scéniques, elle devient marionnettiste auprès de François Lazaro, Émilie Valantin, Michel Laubu ou Sylvie Baillon.

 

En 1999, elle réunit autour d’elle plusieurs artistes et crée la Compagnie trois-six-trente, dont elle met en scène tous les spectacles. La démarche de création s’oriente dès le début vers un théâtre de recherche où se rencontrent marionnettes, acteurs et compositions sonores au service des écritures contemporaines.

En 2006, avec la création de Kant de Jon Fosse, la compagnie affirme son identité en faisant de l’hyperréalisme le lien qui unit le théâtre et la marionnette

contemporaine. Bérangère Vantusso conçoit avec Marguerite Bordat d’étranges figures au seuil du vivant et met en scène Les Aveugles de Maeterlinck, L’Herbe folle d’Eddy Pallaro, Violet de Jon Fosse et Le Rêve d’Anna d’Eddy Pallaro, présenté au T° en 2014.

 

Après avoir été artiste associée au Théâtre national de Toulouse, elle est aujourd’hui membre de l’ensemble artistique du Théâtre du Nord à Lille, du Centre dramatique national de Sartrouville et de Scènes Vosges à Épinal.

En 2015, elle est lauréate du programme Hors les murs de l’Institut français et part deux mois au Japon pour rencontrer les maîtres du Théâtre national de Bunraku. Elle crée L’Institut Benjamenta au 70e Festival d’Avignon, présenté la saison passée au T°.

 

Bérangère Vantusso est directrice du Studio-Théâtre de Vitry depuis janvier 2017.

 

Dans le cadre de son association avec le T°, en partenariat avec l’Hectare, Scène conventionnée de Vendôme, et grâce au soutien exceptionnel de la Région Centre-Val de Loire, Bérangère Vantusso présentera son spectacle Les Aveugles. L’exposition Personne(s), mettant en scène plusieurs marionnettes issues de ses spectacles, sera également présentée à Tours à l’Hôtel Goüin.

MOHAMED EL KHATIB

 

Mohamed El Khatib est auteur-metteur en scène et réalisateur. Il n’a pas été l’assistant de Wajdi Mouawad. Il suit des études de lettres en hypokhâgne et khâgne avant d’être diplômé de Sciences Po. Il effectue par la suite un DEA de géographie puis une thèse en sociologie sur la critique dans la presse nationale. Il a fréquenté le Centre d’Art dramatique de Mexico où il a vécu et travaillé pour Le Monde diplomatique. Il co-fonde en 2008 le collectif Zirlib autour d’un postulat simple : l’esthétique n’est pas dépourvue de sens politique.

 

Mohamed El Khatib développe des projets de fictions documentaires singuliers dans le champ du théâtre, de la littérature et du cinéma. À travers des épopées intimes, il invite tour à tour un agriculteur, une femme de ménage, des marins à co-signer avec lui une écriture du réel. Après Finir en beauté où il évoque la fin de sa mère, et Moi, Corinne Dadat qui propose à une femme de ménage et une danseuse de faire un point sur leurs compétences, il poursuit son exploration de la classe ouvrière avec une pièce monumentale, Stadium, qui convoque sur scène 53 supporters du Racing Club de Lens.

 

Au cinéma, il présente Renault 12, un road-movie entre Orléans et Tanger, exposé la saison dernière au Musée des Beaux-Arts de Tours. Artiste invité au Festival d’Automne 2017, il revient au théâtre avec C’est la vie, une pièce qui démontre qu’une comédie n’est qu’une tragédie, avec un peu de recul...

 

Ses textes sont publiés aux Solitaires intempestifs. Il est également artiste associé au Théâtre de la Ville à Paris et au Théâtre national de Bretagne à Rennes.

En 2016, Mohamed El Khatib est lauréat du Grand Prix de littérature dramatique pour son texte Finir en beauté.

 

Dans le cadre de son association au T°, Mohamed El Khatib a présenté la saison dernière Moi, Corinne Dadat. Le Centre dramatique co-produit cette saison la nouvelle création du collectif Zirlib, Stadium. Le spectacle sera donné pour deux représentations exceptionnelles au T° les 6 et 7 juillet 2017, puis à l’Espace Malraux de Joué-lès-Tours en février 2018.