Accueil Accueil
Menu

ARTISTES ASSOCIES 2021-2023

CAMILLE DAGEN / EMMA DEPOID & EDDY D'ARANJO

Camille Dagen et Emma Depoid, ainsi qu'Eddy D'aranjo, sont les nouveaux artistes associés au T° à partir de 2021. Leurs spectacles respectifs seront présentés au Théâtre Olympia au cours des saisons 2021-2022 ou 2022-2023. Ensemble, ils développeront un projet commun pour le T°, en lien avec les acteurs de l’ensemble artistique et sur le territoire, dont l’ambition est de constituer des Archives du Présent.

CAMILLE DAGEN / EMMA DEPOID : ANIMAL ARCHITECTE 

 

BANDES

 

création les 10, 12 et 13 novembre 2020 au Maillon, Théâtre de Strasbourg – Scène européenne

 

Spectacle pour cinq acteurs et une bande, très librement adapté du livre Lipstick traces, une histoire secrète du XXe siècle. Reprendre depuis notre aujourd’hui le montage passionnant qu’entreprenait en 1989 l’auteur américain Greil Marcus qui dans cet ouvrage laisse voir et sentir comment se rejoignent les mouvements menés par trois « bandes » de la contre-culture du XXe siècle : les fondateurs DADA du cabaret Voltaire à Zürich – les jeunes lettristes puis situationnistes parisiens – les premiers punks anglais à l’époque des Sex Pistols, enfin.

CAMILLE DAGEN / EMMA DEPOID : ANIMAL ARCHITECTE

 

DURÉE D’EXPOSITION

 

créé le 25 avril 2018 au Théâtre de La Loge à Paris

 

Durée d’exposition, c’est comme un jeu à la fois absurde et vital, une tentative, un protocole : transposer performativement chacune des étapes d’un manuel photographique pour s’ancrer ensemble dans un réel ludique, en combinant tous les réglages possibles de l’appareil-théâtre. Dans ce processus, le vocabulaire technique prend une résonance sensible, poétique, ou politique : cadrer, exposer, révéler…
Prix du jury et prix du public au Festival européen Fast Forward,
Dresde.

COMPAGNIE EDDY D’ARANJO

 

JEAN-LUC GODARD, ÉPISODES UN ET DEUX

 

Avec sa compagnie, Eddy D’aranjo sonde les possibilités d’un théâtre politique contemporain, et les moyens d’un accueil en son sein des voix mineures et des narrations marginales. S’intéressant particulièrement à la notion d’auteur, il propose un portrait au long cours de Jean-Luc Godard – et à travers lui du second vingtième
siècle, ainsi que de l’histoire de la gauche artistique française.
S’arrêtant, chemin faisant, sur quelques uns des films marquants de l’auteur où se mêlent l’humour et le chagrin, le désir et l’analyse, dans lesquels le passé et le présent se regardent et se confrontent sans cesse, mêlant fiction, documentaire et performance, cherchant par l’art la vie plus ample, ou, au moins, le paysage de nos
mélancolies héritées. Chacun des deux épisodes constitue un spectacle autonome. Ils peuvent être joués seuls, indépendamment l’un de l’autre, ou ensemble, dans une version intégrale. Le premier, Je me laisse envahir par le Vietnam (1930-1972), sera créé en janvier 2021, à La Commune, Centre dramatique national d’Aubervilliers.
Le second, J’attends la mort du cinéma (1973-), au Théâtre National de Strasbourg, au cours de la saison 2021-2022