Accueil Accueil
Menu

GRAMMAIRE DES MAMMIFÈRES

WILLIAM PELLIER / JACQUES VINCEY

3 nov > 13 nov

CREATION JACQUES VINCEY / ENSEMBLE ARTISTIQUE 2021 

 

 

3 > 13 NOVEMBRE 2021 AU THÉÂTRE OLYMPIA

 

Durée prévisionnelle : 2h

 

 

Jacques Vincey met en scène les jeunes comédien.ne.s du T° dans une pièce chorale qui explose les codes de la représentation. Un rituel dionysiaque, joyeux et impudent, qui met à nu les personnages que nous composons sur le « grand théâtre du monde ».
Une bombe à fragmentation qui pulvérise nos conditionnements sociaux, affectifs, sexuels !

LE TEXTE

 

Grammaire des mammifères se présente comme un ensemble de phrases, sans personnages, qui travaillent la question de la représentation (de soi, d’un spectacle, des rapports humains et sociaux, de la vie psychique, pulsionnelle...). D’innombrables fragments d’histoires, parfois à compléter, s’enchevêtrent, partant du corps humain pour aller vers le corps social.

Pour le comédien, ce sont autant d’invitations à jouer mais surtout à questionner son effort. Le public, quant à lui, est ouvertement sollicité dans sa présence et son statut. Qui est regardé, que vient-on voir, ou montrer, qui participe ? 

 

Au fil du texte, un homme apparaît, qui n’appartient à aucune fiction, mais se trouve pris dans un dispositif qui l’oblige à toujours plus d’initiative personnelle, à la démonstration sans fin de ses compétences, à la libre circulation de ses pulsions.
Se dessine alors, peut-être, la figure de l’homme de notre temps.

William Pellier
 

 

Grammaire des mammifères est édité chez Espaces 34 en 2005.
Le texte a obtenu l’aide à l’écriture de l’Association Beaumarchais (SACD) en 2003 et l’aide à la création d’oeuvres dramatiques de la DMDTS (Ministère de la culture) en 2004, ainsi qu’une mention du jury au Grand prix de littérature dramatique 2006.
La pièce est sélectionnée dans le Carnet de lecture d’Aneth, n°10.
 

NOTE D’INTENTION

 

Grammaire des mammifères est une pièce chorale qui explose les codes de représentation. Un rituel dionysiaque, joyeux et impudent, qui met à nu les personnages que nous composons sur le « grand théâtre du monde ». Une bombe à fragmentation qui pulvérise nos conditionnements sociaux, affectifs, sexuels…
Un exorcisme verbal, jubilatoire et sauvage.

 

Les mots de William Pellier traquent la conscience sous le masque, révèlent la viande sous la peau. Libido et pulsions primaires composent un kaléidoscope de situations et d’éclats de vie qui se combinent dans une logique aléatoire et vertigineuse. La parole précipite les interprètes dans une frénésie impossible à circonscrire dans les règles cohérentes d’une grammaire commune. Les comportements des mammifères de cette comédie humaine sont déterminés par des principes qui leur échappent. La prolifération des histoires individuelles saborde la construction d’un récit commun au profit d’une révélation de notre humanité à cru.

 

+++

Grammaire des mammifères est un manifeste théâtral, sans dogmatisme ni visée morale. Le texte est un matériau brut, écrit pour être dit, proféré. C’est une machine à jouer où la parole circule comme sur un terrain de foot : s’adapter et réagir dans l’instant oblige les « joueurs » à combiner instinct et virtuosité, maîtrise et lâcher prise. La personne transparait régulièrement sous le personnage pour injecter des bribes de sa « vraie » vie dans les fictions qui s’élaborent provisoirement, puis s’évanouissent. Le cadre est précis mais l’improvisation constante. Le texte est un paysage qui ne se révèle que lorsqu’on s’y aventure corps et âme, dans la puissance et la fragilité de l’instant présent.
Pas de clés, de codes, de méthode : il faut inventer ses propres outils pour s’approprier cette écriture.

 

Ce spectacle m’entraine sur un terrain inconnu, dangereux et excitant. Je m’y aventure avec les huit jeunes comédien.ne.s de la troupe de l’Ensemble artistique du T°. Nous empoignerons cette matière théâtrale qui prend racine dans les modes de représentation du XXéme siècle pour les mettre en crise à l’orée du XXIéme.
Nous combinerons l’insolence des premiers gestes à la force de l’expérience. La structure interne de ce texte-partition sera soutenue par son organisation plastique, chorégraphique et musicale. Thomas Lebrun* et Vanasay Khamphommala* m’aideront à révéler les lignes de forces souterraines de cette grammaire à laquelle les acteurs-mammifères viendront se frotter comme aux barreaux d’une cage à faire éclater.

 

Jacques Vincey

 

* Thomas Lebrun est chorégraphe et directeur du CCN de Tours
* Vanasay Khamphommala est dramaturge, metteur en scène et performeur. Il est également chanteuse.
 

DISPONIBLE EN TOURNÉE
EN NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2021 ET EN 2022

 

CONTACT PRODUCTION

 

Floriane Dané directrice des productions

florianedane@cdntours.fr

02 47 64 50 50 - 06 03 96 96 66

 

François Chaudier directeur adjoint

francoischaudier@cdntours.fr

02 47 64 50 50

production et coproduction

PRODUCTION Centre dramatique national de Tours – Théâtre Olympia Avec la participation du dispositif Jeune Théâtre en Région Centre-Val de Loire

COPRODUCTION en cours, recherche de partenaires

texte William Pellier

mise en scène Jacques Vincey

 

en complicité avec

Vanasay Khamphommala dramaturgie et chant

Thomas Lebrun chorégraphie

 

avec

8 comédien.ne.s de l’ensemble artistique du T° Garance Degos, Tamara Lipszyc, Hugo Kuchel... distribution en cours