Accueil Accueil
Menu

KOULOUNISATION

Salim Djaferi

25 mar

vendredi 25 MARS 2022
21h30
 
SALLE BERNARD-MARIE KOLTES 
THÉÂTRE OLYMPIA

 

durée 1h15

C’est quoi ?

Tout commence avec une question : comment dit-on « colonisation » en Arabe ? Salim Djaferi s’attelle à y répondre, mêlant les récits de l’intime et de l’Histoire. Dans cette enquête les définitions s’accumulent et nous offrent un panel de points de vue, faisant naître de nouvelles questions. Qui choisit les mots pour qui ? Recouvrent-ils les mêmes faits ? Est-ce le langage qui agit sur l’individu ou l’individu qui agit sur le langage ? De rencontres en anecdotes, le récit se nourrit des histoires des autres, et des mots qu’ils emploient pour raconter ces histoires.

 

C’est qui ?

Formé à l’ESACT – Conservatoire Royal de Liège, Salim Djaferi est acteur, auteur, performeur et metteur en scène. Il fonde à sa sortie d’école le collectif éphémère Vlard et participe à la création Almanach qui l’impose comme un artiste exigeant et engagé de la jeune scène belge. Il exprime déjà son goût pour le théâtre documenté qu’il ne cessera de développer, à la fois comme acteur et acteur/auteur.

production et coproduction

création Salim Djaferi

coproduction Les Halles de Schaerbeek, Le Rideau de Bruxelles et L’Ancre – Théâtre Royal de Charleroi

avec le soutien des bourses d’écriture Claude Étienne et de la SACD, de la Chaufferie-Acte1, de La Bellone-Maison du Spectacle (BXL/BE), du Théâtre des Doms, du Théâtre Episcène et de Zoo Théâtre
avec l’aide de la Fédération Wallonie Bruxelles

Salim Djaferi est hébergé administrativement par Habemus papam

conception et interprétation Salim Djaferi

collaborateur artistique Clément Papachristou
regard dramaturgique Adeline Rosenstein
aide à l’écriture Marie Alié et Nourredine Ezzaraf

écriture plateau Delphine De Baere
scénographie Justine Bougerol et Silvio Palomo

création lumière et régie générale Laurie Fouvet

développement, production diffusion Habemus papam Cora-Line Lefèvre et Julien Sigard

remerciements Aristide Bianchi, Camille Louis, Kristof van Hoorde et Yan-Gael Amghar